Catégories
Non classé

At Glyndebourne, Valour’s no need of years

This article is a translation of the French one (https://lephiltredisolde.com/2019/08/22/au-festival-de-glyndebourne-la-valeur-nattend-point-le-nombre-dannees/). The writer is French and English is not her native language so please, be indulgent towards any mistakes. Thank you.

First of Handel’s opera created in London in 1711, Rinaldo received a very warm reception thanks to the staging which dazzled the audience at the time with complicated machineries and even a flock of birds during Almirena’s aria « Augelletti, che cantate »… The Glyndebourne Festival puts back on stage the Robert Carsen’s production created there in 2011 with a new cast of young singers simply dazzling. By their talent, their youth, they have made of this revival a splendid moment and THE inevitable lyric show of the summer.

 © Robbie Jack

All the artists sang with an extreme delicacy : Giulia Semenzato was an irresistible Almirena, she was adorable in the aria « Augelletti, che cantate » and deeply moving in the « hit » of the opera « Lascia ch’io pianga ». The soprano has charmed the audience by the beautiful colours of her voice and her legato. The other good surprise of the evening was Brandon Cedel‘s Argante : the basse – baritone has a warm and powerful voice working wonders in his very hard first aria « Sibilar gli angui d’Aletto » but the singer has also sung with a big softness like in the superb aria « Vieni, o cara ».

 © Robbie Jack

At only 28 years, the Polish countertenor Jakub Józef Orliński made his debuts at the prestigious Glyndebourne Festival singing the title role. Initially scheduled as Eustazio, he replaced at short notice the mezzo-soprano Elizabeth DeShong. This replacement has insufflated a wind of freshness and of youth to this well known production. Jakub Józef Orliński, by his spontaneity and theatrical ease ( he is also a dancer and we can really see it) has made totally credible the character wanted by Carsen. Jakub Józef Orliński has in him this youthfulness, physically and vocally. We are impressed by his art of nuances, his sonorous low medium, his ability to alternate between celestial piani and an impressive virtuosity, the homogeneity of his voice at all the registers and his perfect diction. The countertenor has the art of captivating the audience by a perfect mix of stageworthiness and temperance : he has what Castiglione named the sprezzatura, an italian word untranslatable which nominates a form of ease, of graceful nonchalance. His Rinaldo charms by the delicacy and the serenity of his singing, in particular in the aria « Cara sposa ».

 © Robbie Jack

Kristina Mkhitaryan was an incredibly sensual Armida with her singing full of colours. Radiating of beauty, she seems at the top of her art. Her impressive virtuosity, her vocal power have made the arias « Furie terribili » and « Vo’far guerra » one of the tops of the performance. But her voice can also be very soft, in particular in the aria « Ah ! Crudel ! » : the singer has the talent of a tragic actress which works wonders in the baroque repertoire, we can’t wait to hear her first Alcina at the Opera de Nancy and at the Opera de Dijon.

 © Robbie Jack

Tim Mead brings so much depth to the character of Goffredo. He has a voice of countertenor absolutely unique, at the same time sensual and celestial, with his beautiful velvet timbre wich hugs us with softness. Everything in him is just perfect : his bright high – notes, his virtuosity, his impressive dramatic engagement. His singing is royally elegant, very suave and peaceful : it calms down our soul. To hear him singing reminds us why we go to the Opera : to be in contact with the Beauty and the sacred, to give a sense to our existence. Tim Mead is one of the very few people touched by Grace : he permits us to reach the Sublime.

© Andy Staples

Who else can sing Handel with this perfection today ? His divine voice seems to be born to interpret the great Handel roles : his Bertarido at the Opera de Lille was the most beautiful interpretation heard during the 18/19 season. Tim Mead interprets Handel with a delicacy and a sensibility which we can’t find in the singing of an other singer. Furthermore, he has a very beautiful physical presence : Tim Mead looks like a knight painted by John William Waterhouse.

 © Robbie Jack

The young conductor Maxim Emelyanychev conducted The Orchestra of the Age of Enlightenment. He is a real prodigy, he brings an incredible energy to the performance, the tempo is impetous, ardent, underlining all the contrasts of the score. The result is simply stunning.

 © Robbie Jack

We will not linger over Robert Carsen’s well known staging. Created in 2011 at Glyndebourne, it was shot to make a DVD. The action, in this production, is set in a British schoolroom and Rinaldo, a bullied schoolboy, imagines himself as a Christian knight waring against the Saracens during the first Crusade. All the opera is a daydream of Rinaldo and so Arminda becomes a black latex dressed headmistress ; the chargers of the knights, bikes ; the magician, a crazy chemistry teacher and the final battle, a game of soccer. The staging creates some funy moments, thanks to the theatrical ease of the singers.

Performance of August 20th

Next performances : on August 23th and 25th (https://www.glyndebourne.com/events/rinaldo/)

Le coup de cœur du Philtre (our favourite album ) : the album Purcell – songs & dances

This album is a pure wonder, a real treasure. Tim Mead sings in it with an unreal suavity, in particular in the superb « O Solitude, my sweetest choice » which takes us in an other world. A jewel of melancholia and of pure beauty.

Romane Blondeau

Catégories
Non classé

Au Festival de Glyndebourne, la valeur n’attend point le nombre d’années.

Premier opéra d’Handel créé à Londres en 1711, Rinaldo reçut un accueil très favorable notamment grâce à sa mise en scène qui a ébloui les spectateurs de l’époque avec des machineries complexes et même un lâcher d’oiseaux lors de l’air d’Almirena « Augelletti, che cantate »… Le Festival de Glyndebourne reprend la production de Robert Carsen créée in loco en 2011 avec une distribution de jeunes chanteurs simplement éblouissante. Par leur talent, leur énergie, leur jeunesse, ils ont fait de cette reprise qui aurait pu être routinière un moment jubilatoire et un vrai rendez – vous lyrique immanquable de cet été 2019.

 © Robbie Jack

Tous les rôles furent chantés avec une extrême finesse, à commencer par l’Almirena irrésistible de Giulia Semenzato, adorable dans l’air « Augelletti, che cantate », bouleversante dans le « hit » de l’opéra, « Lascia ch’io pianga ». La soprano a séduit le public par son timbre rond et son legato. L’autre bonne surprise de la soirée fut l’Argante de Brandon Cedel : le baryton – basse possède une voix chaude et puissante faisant merveille dans son terrible air d’entrée « Sibilar gli angui d’Aletto » mais le chanteur a aussi su faire preuve d’une grande douceur comme lors du magnifique air « Vieni, o cara ».

 © Robbie Jack

A seulement 28 ans, le contre – ténor polonais Jakub Józef Orliński faisait ses débuts au prestigieux festival de Glyndebourne en chantant le rôle – titre. Initialement prévu dans le rôle d’Eustazio, il a remplacé à la dernière minute la mezzo – soprano Elizabeth DeShong. Ce remplacement a insufflé un vent de fraîcheur et de jeunesse à cette production que l’on connaît par cœur. Jakub Józef Orliński par sa spontanéité, par son aisance scénique ( il est également danseur et ça se voit ) rend totalement crédible le personnage voulu par Carsen. Jakub Józef Orliński possède en lui cette juvénilité, que ce soit physiquement ou vocalement. On est saisi par son art des nuances, son bas médium étoffé, sa capacité à alterner des piani célestes avec des vocalises impressionnantes, l’homogénéité de sa voix dans tous les registres et sa diction parfaite. Le contre – ténor possède l’art de subjuguer son auditoire par un parfait mélange de théâtralité et de sobriété : il fait preuve de ce que Castiglione a nommé la sprezzatura, mot italien intraduisible qui désigne une forme d’aisance, de nonchalance gracieuse. Son Rinaldo séduit par la finesse et la sérénité qui se dégagent de son chant, en particulier lors de l’air « Cara sposa ».

 © Robbie Jack

Kristina Mkhitaryan campait une Armida d’une incroyable sensualité avec son timbre corsé qui apporte beaucoup de couleurs à son chant. Irradiante de beauté, elle apparaît au sommet de son art. Son impressionnante virtuosité, la grandeur de ses moyens, sa puissance vocale ont fait des airs « Furie terribili » et « Vo’far guerra » des sommets de la représentation. Mais sa voix sait aussi être d’une douceur irrésistible, en particulier lors de l’air « Ah ! Crudel ! » : la chanteuse possède des talents de tragédienne qui font merveille dans le répertoire baroque, on a hâte d’entendre sa première Alcina à l’Opéra de Nancy et à l’Opéra de Dijon.

 © Robbie Jack

Tim Mead a apporté beaucoup de profondeur au personnage de Goffredo, si bien qu’on aurait aimé qu’il eût encore plus d’airs à chanter. Tim Mead possède une voix de contre – ténor absolument unique, à la fois sensuelle et céleste, avec son timbre de velours qui nous étreint avec douceur. Tout chez lui appelle des louanges : que se soit ses aigus lumineux, son aisance dans les vocalises, son engagement dramatique total. Il se dégage de son chant une élégance royale, une suavité bouleversante, une sérénité qui apaise l’âme. L’entendre chanter nous rappelle pourquoi on va à l’opéra : pour être en contact avec la Beauté et le sacré, pour donner un sens à notre existence. Tim Mead fait partie de ces rares êtres touchés par la grâce : il nous permet d’atteindre le Sublime.

© Andy Staples

Qui d’autre que Tim Mead pour chanter Handel aujourd’hui ? Sa voix divine semble être née pour interpréter les grands rôles handeliens : son Bertarido à l’Opéra de Lille a été la plus belle incarnation que nous avons entendue pendant la saison 2018 – 2019. Tim Mead interprète Handel avec une finesse et une sensibilité que nous ne retrouvons chez aucun autre interprète. A toutes ces qualités, il faut rajouter une très belle présence physique : Tim Mead ressemble à un chevalier peint par John William Waterhouse.

 © Robbie Jack

Le jeune chef russe Maxim Emelyanychev dirigeait l’Orchestra of the Age of Enlightenment. Véritable chef prodige, il insuffle une énergie incroyable aux musiciens, le tempo est fougueux, soulignant tous les contrastes de la partition, et la théâtralité bien présente dans l’orchestre. Le résultat est tout simplement éblouissant.

 © Robbie Jack

Nous ne nous attarderons pas sur la mise en scène bien connue de Robert Carsen. Créée en 2011 à Glyndebourne, elle a également fait l’objet d’un DVD. L’action est transposée dans une salle de classe britannique et Rinaldo, étudiant rejeté par ses camarades, se rêve en chevalier chrétien guerroyant contre les Sarrasins lors de la Première Croisade. Tout l’opéra est donc une rêverie de Rinaldo et ainsi, Armina devient une maîtresse SM ;les destriers des chevaliers, des vélos ; le magicien qui les aide au troisième acte, un prof de chimie fou et la bataille finale, un match de foot. La mise en scène crée des moments drôles, en particulier grâce à l’aisance scénique des chanteurs.

Représentation du 20 août

Prochaines représentations : les 23 et 25 août ( https://www.glyndebourne.com/events/rinaldo/)

Le coup de cœur du Philtre : l’album Purcell – songs & dances

Cet album est une pure merveille. Tim Mead y déploie une suavité irréelle, en particulier dans « O Solitude, my sweetest choice » qui nous transporte dans un autre monde. Un bijou de mélancolie et de pure beauté.

Romane Blondeau